Revue de presse

(histoire et collection des panneaux)

Copyright 2018 tous droits réservés www.signalisationroutiere.net

 

L'Argus (18 février 2010)
Le chineur (septembre 2009) n°143, p16 à 25

 

Automobile Magasine (juillet 2005): page 104, extrait de la double page
Le Figaro Madame (juillet 2004): page 33
Le Figaro Madame (octobre 2003): page 32

Les 500 sites Internet, édition 2002, Histoire, guide Belin :

site illustré page 248.

"Les collectionneurs d'objets automobiles", les panneaux de Marina Duhamel,
TF1, journal du 13h du 29 avril 2002.

Reportage de 2 mn 40.

L'Alpe 4, villégiatures (1999)

Le langage des signes: Baliser les Alpes pour en dire les caractéristiques, mais aussi les dangers et les saveurs, telle est la vocation de la signalisation routière. Indispensables, ces panneaux familiers se lisent sans vraiment retenir notre attention. Pourtant, depuis le vieux symbole de la route en lacets, la signalétique s'est déclinée en de multiples variantes, s'adaptant aux contraintes locales, en particulier dans les régions alpines européennes..."pour vous rendre sur le site de l'Alpe, la revue trimestrielle sur les cultures et les patrimoines de l'Europe alpine". URL:http://www.glenat.com/lalpe

 

 

Revue du Comité de la Sécurité Routière (1999)
La signalisation routière en France de 1946 à nos jours: Pour Jacques Nouvier, responsable du groupe transports au CERTU, et Marina Duhamel-Herz, chargée d'études en communication et signalisation routière, cinq années ont été nécessaires à la réalisation de cet ouvrage de 288 pages et plus de 300 illustrations. Pas uniquement destiné à tous les professionnels du milieu routier: ingénieurs et techniciens, bureaux d'études, constructeurs, fabricants de paneaux..., il réjouira tous les passionnés de signalisation et renseignera bien évidemment tous les usagers de la route...
Transflash, bulletin d'information du CERTU (1995)

Réflexe 21, 3M (1995)

Ce livre a été réalisé avec l'appui d'institutions et d'entreprises impliquées dans ce secteur d'activité, dont 3M France. Il n'est pas seulement destiné à des spécialistes, mais est accessible à tous ceux qui s'intéressent aux questions touchant à la circulation, à ceux que le graphisme intéresse, et plus généralement, à tous les passionnés de la route et de l'automobile. Dans leur préface, Jacques Nouvier et Henri Ramin indiquent qu'ils ont "pu apprécier la richesse et la variété de la documentation rassemblée par Marina Duhamel qui nous fait entrer avec toute sa fougue et son dynamisme dans cette histoire de la signalisation".

La Revue Générale des routes et aérodromes 722 (1994)
La lettre d'information du groupe Scetauroute 51 (1994)
Un siècle de signalisation: 1894, le premier panneau de police était mis en place à Cannes. 1974, le premier panneau de signalisation d'animation était placé le long d'une autoroute concédée à la société des Autoroutes de la Vallée du Rhône (devenue ASF).1994, la DSCR et l'ATEC ont décidé de marquer l'évènement et de faire le point sur la signalisation au cours d'un congrés et d'une exposition à la Cité des Sciences et de l'Industrie à la Vilette, à Paris.

La signalisation routière, un nouveau siècle, forum - exposition (1994)

Organisé par l'ATEC pour le Ministère de l'Equipement, des Transports et du Tourisme, à l'occasion du Centenaire de la signalisation Routière et du vingtième anniversaire de la signalisation d'animation autoroutière, ce Forum-exposition vise à relancer l'intérêt de tous les acteurs, politiques, administratifs, techniques et professionnels concernés, pour une signalisation routière de qualité.

 

Réflexe, 3M, Dossier signalisation temporaire (1993)

Historique des panneaux AK5: En France, les premières fabrications de signaux de chantiers dateraient de la fin des années vingt. Il s'agissait alors de panneaux jaunes, rectangulaires portant l'inscription: "travaux ralentir" (la couleur signifiant "précaution"), et éventuellement d'une plaque de superposition indiquant la nature des travaux. On trouvait aussi sur nos routes, des panneaux ronds, aux allures de plaque d'égout, munis de systèmes éclairants et d'emplacements pour fanions. Dés 1931, la convention internationale sur l'unification de la signalisation routière propose une série de panneaux de "prudence", précurseurs de nos signaux de danger permanents actuels. Dans les graphismes proposés, figure alors le premier contour dessiné du AK5, sous la forme d'un personnage travaillant à l'aide d'une pioche. C'est le protocole international de 1949 qui marquera un terme à la production de panneaux de tout bord, y compris les signaux de prudence, tous remplacés par des panneaux de dangers triangulaires. Notre personnage à la pioche prend alors la pelle et adopte ce profil à l'échine courbée que nous lui connaissons à l'heure actuelle...

La Revue Générale des routes et aérodromes (1992)

L'évolution des graphismes sur les panneaux de danger: On pourrait penser que les dessins "officiels" des panneaux sont tellement codifiés que l'imagination n'a plus aucune place dans ce domaine. Quelques photos de différentes versions des panneaux "passage piétons" et "écoliers" prouveraient plutôt le contraire... précisons qu'il s'agit, dans tous les cas, de photos prises sur le terrain.

 

Colloque - expo "l'évolution des métiers de la route de l'empire romain au XXIe siècle" DDE et ASCEE 13 (1992)

250 ans de Ponts et Chaussées, 25 ans d'Equipement et 25 ans de vie Associative: 9 et 10 octobre 1992, Les Pennes Mirabeau. Colloque interdisciplinaire avec la participation d'historiens, d'universitaires, de techniciens, plongeant dans les racines les plus lointaines du service public routier et traçant quelques perspectives futuristes.

1716: le corps des Ponts et Chaussées est crée pour "adapter les parcs et les routes aux besoins du siécle".
1747: l'école royale des Ponts et Chaussées est institué.
1789: apparition du "cantonnier".
1804: Napoléon réorganise les Ponts et Chaussées et crée le corps des conducteurs de travaux.
 

 

 


Début revue de presse